Psyché II

Psyché II

Inventions de l'autre

« La question cette fois ne sera pas : qu'est-ce que l’esprit ? mais : qu’est-ce que l’âme ?
En vérité, Psyché, le nom propre, c’est aussi le nom commun d’un grand miroir mobile et pivotant : invention de l’art pour un Narcisse moderne, nom propre et nom commun, le mythe et la technique, l’image et la spéculation. Conduisant à travers le deuil et le don, cette réflexion projette ici d’une autre manière ce que Freud appelait l’introduction du narcissisme…
Après la lecture d’une Fable de Ponge ("Par le mot par commence donc ce texte…"), le premier essai de ce recueil analysait (dans le tome I) l’essence de l’invention, l’histoire de son concept, la possibilité et l’impossibilité de son événement, les principes de sa légitimation. Pourquoi l’invention ne se laisse-t-elle pas réduire à la découverte, à la révélation ou au dévoilement de la vérité ? ni davantage à la création, à l’imagination ou à la production de la chose ? Et l’invention de l’autre, est-ce l’initiative absolue dont l’autre est responsable et qui lui revient ? ou bien ce que j’imagine de l’autre encore retenu dans ma psyché, mon âme ou le moi d’un miroir ?
Ces questions et leur suite servent d’abord de fil conducteur à travers une vingtaine de textes : longues études ou conférences, séries d’aphorismes ou fragments de correspondance. Les premiers destinataires sont parfois, parfois seulement, des amis, hommes ou femmes, connus ou inconnus, vivants ou non, des penseurs, des philosophes de la tradition ou des maîtres de la “théologie négative”, des écrivains, des hommes du théâtre ou de la politique, des architectes et des psychanalystes. Mais l’autre qui d’abord et toujours s’invente, n’est-ce pas cela même, le premier destinataire ?
p.-s. :
Parmi les premiers destinataires, dans la présente réédition augmentée de ce volume, les Israéliens et les Palestiniens auxquels fut d’abord destinée, à Jérusalem, en 1988, une conférence sur la guerre, le nationalisme et la religion : “Interpretations at War. Kant, le Juif, l’Allemand”. »

J. D.